Loi duflot
Publié le - 234 clics -

Simulateur pour impôts : un outil mis en ligne depuis janvier 2017

Calculez le montant de vos impôts sur les revenus grâce au simulateur en ligne. Celui-ci est un outil simple à utiliser, mis en place par la Direction Générale des finances Publiques depuis le 17 janvier 2017. Il est totalement gratuit, et dont l’accès peut se faire depuis le site des impôts.

Simuler vos impôts : quels avantages ?

Il vous est possible, grâce à ce simulateur, d’estimer à l’avance le montant de l’impôt que vous aurez à régler auprès de l’administration fiscale. Il s’agit alors de remplir le formulaire dédié à cet effet sur internet, comme pour une déclaration papier.

Le calculateur procède ensuite à l’évaluation du montant de votre revenu fiscal de référence, et ce, à titre indicatif. Les calculs sont effectués en fonction des données entrées par le contribuable.

En outre, deux types de modèles sont à la disposition de l’utilisateur : la version dite simplifiée ou détaillée, et la version complémentaire. La première est une reprise du formulaire 2042, tandis que la seconde est une combinaison de la déclaration de la version simplifiée avec la déclaration complémentaire relative aux revenus sur les activités libérales, commerciales, agricoles et ceux des investissements dans les DOM-TOM.

Le simulateur impôts : pour qui ?

Cet outil est réservé aux contribuables résidant en France et en France d’outre-mer, soumis au régime fiscal français. Ces départements et territoires d’outre-mer sont la Guadeloupe, la Martinique, La Réunion, La Guyane et Mayotte. Tout type de contribuable décrit plus haut peut utiliser ledit simulateur d’impôt. En effet, plusieurs simulations peuvent être effectuées afin de lui permettre la comparaison de différents cas.

Ainsi, le montant de l’impôt sur les revenus générés en 2016 sera calculé afin de prévoir le paiement qui s’effectuera en 2017. Grâce aux résultats fournis, il également possible de connaître si le contribuable fait partie des Français assujettis à la baisse de 20% par rapport à la décision de François Hollande.